Le Cannet-des-Maures, camp de transit

Qui se rappelle de la cascade du Cannet-des-Maures dans le Var, en août 1956 ?
Voici la photo unique de cette magnifique source où l’on trouvait des milliers de tortues.

De gauche à droite : Raphaël Frèche, Viviane Frèche, Alphonse Chapuis, François Chapuis et Roger Chapuis. Debout : Hélène Frèche

De gauche à droite : Raphaël Frèche, Viviane Frèche, Alphonse Chapuis, François Chapuis et Roger Chapuis. Debout : Hélène Frèche

1956, c’est ça ce que la France leur offre?
1 900 Français d’Indochine (1 200 adultes, 700 enfants) arrivent à Sainte-Livrade. Les enfants sont incroyablement métissés (filles et fils de soldats français, tirailleurs marocains, sénégalais, légionnaires roumains, polonais, émigrés russes, allemands…).

La boue dès leur arrivée. Les autocars déversent leur cargaison humaine sans ménagement. Une seule valise autorisée par famille. Le temps gris, la boue entre les baraquements. Les arrivants sont muets de stupeur : c’était ça ce que la France leur offrait. Des baraquements militaires sinistres. Pas de sanitaires dans les bâtiments, des toits en carton, aucune intimité possible. Pour ces « nha-quê », ce sera plus de 50 années de grisailles et d’humiliation.

Première fête du Têt
La communauté indochinoise de Sainte-Livrade-sur-Lot fête son premier Têt dans le Lot-et-Garonne. Premières photos d’un Nouvel An hors du sol d’Indochine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s