Ajout le 6 novembre 2016, à la fin de la rubrique Accueil, d’un documentaire de Laurence Gavron sur la communauté métisse vietnamienne sénégalaise de Dakar, issue des unions entre des soldats africains, Français à l’époque, et des femmes asiatiques rencontrées pendant la guerre d’Indochine.

Ajout le lundi 10 octobre 2016, en fin de rubrique Photos d’aujourd’hui :
de 15 photos des festivités du 15 août 2016 (photos de Roland Tao)
– de 1 vidéo de 7 mm du concert du Trio René Miller, invité par le CEP-CAFI (vidéo de Kim Cuong)
– d’une dernière version du poster des mamies avec des ajouts ( rubrique Photos d’hier).

Calendrier (Timeline) de l’histoire du Centre d’Accueil des Français d’Indochine (C.A.F.I.)

Les premiers rapatriés de l’Histoire de France.

Cette timeline (calendrier comportant les principaux événements concernant le C.A.R.I. puis le C.A.F.I.) vous permettra de mieux connaître ces rapatriés d’Indochine qui ont vécu de1956 à nos jours dans ce centre d’accueil, qui devait être provisoire à l’origine.
Quelques conseils avant d’appuyer sur le lien.
Cliquez sur la flèche noire à droite pour faire défiler la timeline dans le bon sens. Pour revenir, appuyer sur la flèche de gauche. Vous pouvez lire les vidéos en cliquant sur la flèche située sur l’image de la vidéo. Pour le PDF sur le projet du lieu de mémoire, cliquez sur l’illustration et faites dérouler le PDF avec le roller de la souris ou avec le curseur. Bonne découverte.

Pour visionner LA TIMELINE, cliquez sur ce lien.

Où se situe le C.A.F.I. de Sainte-Livrade-sur-Lot ?

A consommer sans modération

Le Centre d’Accueil des Français d’Indochine se situe dans le Sud-Ouest de la France, dans la région Aquitaine, dans le département de Lot-et-Garonne, dans la commune de Sainte-Livrade-sur-Lot, à 107 kilomètres de Bordeaux, à 111 kilomètres de Toulouse, à 30 kilomètres d’Agen et à 10 km de Villeneuve-sur-Lot.

Vous pouvez cliquer sur les repères (les punaises de couleur) de cette carte interactive pour avoir plus d’informations sur le Centre d’Accueil des Français d »Indochine et ensuite sur les hyperliens pour voir les vidéos correspondantes. Cette carte a toutes les fonctionnalités de Google Maps.

Histoire et historique du C.A.F.I.

Le Centre d’Accueil des Français d’Indochine (C.A.F.I.), auparavant dénommé C.A.R.I. (Centre d’Accueil des rapatriés d’Indochine), renvoie à un épisode singulier de l’Histoire de la France. La défaite de Dien Bien Phu et les accords de Genève, en 1954, mirent un terme à la guerre d’Indochine. Progressivement, jusqu’en septembre 1956, le corps expéditionnaire français et l’administration se retirèrent. C’est à ce moment là que 30 000 rapatriés débarquent ainsi, la plupart par bateau, à Marseille. Certains ont des attaches et se dispersent sur le territoire, tournant ainsi plus aisément une page de leur vie, tandis que les autres, ayant dû généralement fuir précipitamment en laissant tout, sont pris en charge par l’administration française qui les place dans des centres d’accueil provisoires dont les plus importants sont Sainte-Livrade-sur-Lot (47), Bias (47), Noyant-d’Allier (03).

C’est au lieu-dit  » Moulin du Lot « , sur la commune de Sainte-Livrade-sur-Lot que fut installé le C.A.R.I., sur des terrains de l’armée. C’est donc dans 36 baraquements militaires en préfabriqué aux toits de tôle ondulée et sans confort qu’on accueillit cette population rapatriée : 1900 personnes, dont 740 enfants, beaucoup de veuves et de personnes âgées, arrivèrent en plusieurs  » contingents « . Les habitations ne comportaient ni salle d’eau, ni eau chaude, ni latrines. Le chauffage est au charbon. Le règlement, très sévère, de l’arrêté Morlot, s’apparentait à une discipline de fer. Les rapatriés étaient  » tenus  » dans ces lieux clôturés, où toute circulation était soumise à autorisation, où la possession d’un simple réfrigérateur ou d’une télévision était considérée comme un signe extérieur de richesse engendrant l’exclusion définitive de la cité.

© CEP - A vélo au CAFI.

© CEP – A vélo au CAFI.

A l’arrivée, chaque famille recevait en prêt le strict nécessaire inventorié par le responsable du matériel de la cité. Le Centre d’accueil était dirigé par un agent vacataire de l’État, en général fonctionnaire issu des colonies. Le premier directeur fut M. Rudler, avant même l’arrivée des familles, qui œuvra en même temps au centre d’hébergement de Creysse (Dordogne) et prépara la structure pour cet accueil spécifique. On connaît ensuite M. Henri Alquier, ancien officier de police en Indochine, qui resta d’août 1956 à août 1957 et à qui succéda M. Emmanuel de la Bretonnière de Chèque. Ce dernier dirigea le CARI de Sainte-Livrade-sur-Lot jusqu’aux premiers jours de 1959 et partit ensuite administrer le centre des rapatriés de Noyant, dans l’Allier. M. Marcel Tursan resta jusqu’en 1968, assisté à un moment donné par M. Jean Réal. A partir de 1968, M. Maurice Bouchet et son adjoint, M. Guy Durney, dirigèrent les deux centres de Bias, où étaient accueillies les familles rapatriées d’Algérie, et de Sainte-Livrade-sur-Lot. M. Maurice Bouchet fut remplacé en 1974 par M. Robert Boutin qui resta deux ans. M. Guy Durney fut le dernier directeur du C.A.F.I., de 1976 à 1986.

Les enseignants (MM. Buisset, Vergne, Koenig, Dandy, Mmes Gorie, Sabaté, Couderc…), qui prirent en charge l’école créée sur place pour la formation des nombreux enfants du centre avant qu’ils ne rejoignent progressivement les écoles communales (en 1967, il restait seulement trois classes maternelles au C.A.F.I.), furent aussi des acteurs de ce lieu de vie.

Le docteur Daoulas, médecin de la marine, pour son implication auprès des populations à travers ses activités de gestion et d’animation du dispensaire, officiellement installé en 1960, restera aussi un personnage important qui eut pour collaborateurs des infirmier(e)s et assistantes sociales.

La Maison des jeunes et de la culture (MJC) de Sainte-Livrade-sur-Lot s’intégra physiquement au centre et participa, tout comme la CIMADE (Comité Inter-Mouvements Auprès Des Evacués), présente pendant quelques années, à l’intégration des jeunes.

© CEP

© CEP

Soyons clairs : à Sainte-Livrade, étaient hébergés les « incasables ou non reclassables « , c’est-à-dire les hommes handicapés ou malades, les personnes âgées, les veuves chefs de famille nombreuse et ne parlant pas ou peu le français. Tous ceux-là représentaient la majorité, mais non la totalité, des ayants droit. Avec peu d’hommes jeunes ou en âge de travailler, les diverses mesures d’action sociale se sont souvent avérées vitales pour la communauté indochinoise. Malgré tout, certains furent engagés pour des travaux agricoles saisonniers (notamment des femmes et des enfants) ou pour l’atelier de fabrication de chaussures installé dans le camp de 1966 à 1976 ; d’autres partirent s’installer dans de plus grandes villes. Peu à peu, le camp s’est vidé, les deuxième et troisième générations revenant seulement en été.

Au début des années 80, l’État signa une convention avec la commune de Sainte-Livrade-sur-Lot pour lui céder le bâti, le foncier et la gestion avec une promesse de subvention pour le fonctionnement. En 1983, la commune décida de municipaliser le C.A.F.I. et de l’intégrer au reste de la ville. En 1999, la municipalité s’engagea, avec l’aide de l’État, dans un programme dit de  » travaux d’urgence « , avant de lancer, en 2002-2004, une enquête relative à la réhabilitation des lieux. Quelques personnes âgées demeurent encore là, attachées à leurs racines retrouvées, luttant contre la démolition du centre, en vue d’une réhabilitation totale souhaitée par la municipalité. Avec elles, les associations (Mémoire d’Indochine, ARAC [Association des résidents et amis du C.A.F.I.], C.E.P.-C.A.F.I. [Coordination des Eurasiens de Paris-C.A.F.I.], ADRI [Association de défense des rapatriés d’Indochine]) s’opposent à la destruction des baraques pour y reconstruire des logements sociaux…

On attribua toujours au C.A.F.I. un caractère provisoire,
cependant 55 ans après, il existe toujours. En effet, comment parler
de provisoire lorsqu’on installe dans la structure des personnes
incasables ou non reclassables qui n’arriveront pas à s’en sortir ?

C'est notre passé qui traverse l'écran

C’est notre passé qui traverse l’écran

Malgré les manifestations des habitants du camp qui ont montré leur hostilité à ce programme de réhabilitation, les opérations de démolition ont commencé à partir de 2010. Au fur et à mesure que les bâtiments insalubres disparaissaient, s’effaçaient en même temps toutes les traces et les repères qui constituaient toute l’histoire des rapatriés d’Indochine de Sainte-Livrade depuis plus de 55 ans. Le relogement des habitants dans de nouvelles constructions aux normes de confort et de sécurité, les nouvelles résidences ne suffisent pas à préserver le caractère historique de ce site. Il s’agit surtout de sauvegarder les traditions, les coutumes de ces personnes âgées, de préserver un certain état d’esprit, une façon de vivre. Il faut que le C.A.F.I. continue de représenter pour tous le dernier symbole vivant de la présence française en Indochine. En 2014, au terme de la rénovation du C.A.F.I. et avec la démolition des bâtiments, c’est aussi un peu l’âme du C.A.F.I. qui s’en va.

Le combat des habitants et des associations pour un projet de lieu de mémoire a abouti, pour le moment, à la préservation d’un espace mémoriel dans lequel 4 bâtiments ainsi que les anciens lieux de culte (pagode et église) constituent les derniers témoins de l’ancien C.A.F.I. Ce combat continue pour qu’un véritable lieu de mémoire puisse voir le jour au C.A.F.I.

© CEP

© CEP

Vous pouvez voir les propositions de la C.E.P.-C.A.F.I. sur le lieu de mémoire et en débattre en cliquant sur ce lien.

Hommage aux mères «courage» du camp de Sainte-Livrade
Ce blog leur est dédié. Après la guerre d’Indochine, elles ont été doublement trahies : par l’Etat et par leurs « maris ».

Trahies par un Etat pusillanime, qui a abusé de leur faiblesse, qui les a complètement ignorées et abandonnées avec leurs enfants. Ces femmes qui n’avaient aucune raison de remettre en question le fait que la France allait leur offrir une vie plus tranquille. Comment peut-on imaginer, aujourd’hui, que l’on puisse expatrier des femmes et leurs enfants, les couper de leur culture tout en revendiquant de les sauver, puis les laisser là… parqués pendant 50 ans, sans ressources.

Trahies, pour celles qui n’étaient pas mariées, par ces hommes auxquelles elles croyaient et qu’elles aimaient, à qui elles ont donné des enfants, qui leur ont promis un avenir meilleur en métropole et qui les ont oubliées, elles et leurs propres enfants, dès qu’elles ont posé un pied sur le sol métropolitain.

Quelques mamans choisies au hasard…

Quelques mamans choisies au hasard…

Hiver 1956, après une nuit passée dans le train reliant Marseille à Agen, puis amenés en autocars jusqu’à Sainte-Livrade-sur-Lot, 1 900 Français d’Indochine (1 160 adultes, 740 enfants) arrivent à la Cité d’accueil des rapatriés d’Indochine. Ces rapatriés, pour la plupart, ont dû auparavant quitter le Nord pour le Sud du Viêt-nam, ils ont ensuite attendu à Saigon, dans des camps, avant de prendre le bateau pour Marseille et d’être hébergés dans plusieurs centres de transit en France (Le Luc, Le Cannet-des-Maures, dans le Var, par exemple) avant d’arriver sur cette terre verdoyante lot-et-garonnaise. Les autocars déversent leur flot de passagers. Parmi cette foule, beaucoup de femmes, veuves de soldats français ou oubliées par leurs « maris ». Ces derniers sont repartis vivre avec leurs femmes et gosses restés en métropole, les abandonnant avec leurs ribambelles d’enfants dans un pays qu’elles ne connaissaient pas du tout, certaines d’entre elles ne parlant même pas le français. Peu d’hommes parmi les arrivants. Les enfants sont incroyablement métissés (filles et fils de soldats français, tirailleurs marocains, sénégalais, légionnaires roumains, polonais, émigrés russes, allemands…). Presque tous portent des noms français ou hérités de l’empire colonial. Ils sont là car les enfants de l’ennemi n’étaient plus les bienvenus, ils étaient les grands perdants de cette guerre.

Toutes ces femmes avaient « épousé » des Français. « Epousé », en langage colonial, signifie que le militaire a vécu un temps avec sa femme indochinoise – le temps de son engagement militaire en Indochine – avant de retourner au pays retrouver femme et enfants. Sans se soucier un instant du sort de ces rapatriées et de leurs enfants

« Mon père, officier dans l’armée française, est venu à Sainte-Livrade, en 1956, pour un entretien avec le directeur du camp. Il voulait savoir si ma mère, mon frère et moi (ses deux enfants, qu’il n’a même pas reconnus) étaient parmi la liste des rapatriés fraîchement débarqués. Son souhait : récupérer seulement le garçon, pour en faire plus tard un officier de l’armée. Choqué par ce comportement et la lâcheté du personnage d’en face, le directeur lui mentit en disant qu’il n’y avait aucune personne avec ce nom-là sur la liste des rapatriés admis dans la cité. Le lendemain, il avisa ma mère du passage de notre père biologique et lui transmit quand même le message. Il est évident qu’elle n’a pas donné suite à cette demande. Un père qui choisit son enfant, un mâle, comme un chiot dans une portée, ne mérite pas qu’on lui confie son gosse, me dira plus tard ma mère », nous avoue une dame. « Je ne me souviens pas de mon père, il nous a abandonnées quand ma mère était enceinte de ma sœur. Il est parti en vacances en France et il n’est jamais revenu. Ma mère a eu le cœur brisé. Elle est morte de chagrin », se souvient une autre dame du camp. De nombreuses autres femmes se sont retrouvées dans ce cas, abandonnées par leur compagnon français, ou veuves, sans argent, parlant à peine le français. Depuis, elles ont été cantonnées là.

Malgré toutes ces trahisons, ces femmes (nos mères), au-delà de la barrière de la langue et de la lâcheté de l’Etat français, ont lutté de toutes leurs forces pour élever dignement leurs enfants seules.

«Nous avons été chassés de chez nous. Il a fallu partir, en 1954 déjà, du Nord vers le Sud. Et puis en 1956, s’en aller définitivement. Quand nous sommes arrivés, tout ce qui comptait pour nous, c’était déjà d’avoir de quoi être à l’abri du vent et de la pluie. Parce que ça, c’était déjà beaucoup. » Celles à qui leurs maris avaient dit que les femmes ne devaient pas travailler ont dû se retrousser les manches, partir dans les champs à la cueillette d’un salaire de misère, entrer à l’usine… Elles ont tenu car « que feront les enfants si je ne suis plus là ? ». Alors elles ont tenu bon. Leurs enfants ont bien « réussi». Ils sont leur fierté, leur consolation, le sens de leur histoire difficile.

Elles ont ainsi toutes décidé de rester dans ce camp. « J’ai enfin trouvé mon chez moi ici », murmure une de ces mamies. Sur le sol de Sainte-Livrade, dans ce camp, il y a eu trop de larmes, trop d’efforts et trop d’espoirs pour partir.

Plus de cinquante ans après, ces femmes ne sont toujours pas sorties du brouillard

Plus de cinquante ans après, ces femmes ne sont toujours pas sorties du brouillard

En 2010, il reste moins d’une centaine de « rapatriés d’Indochine » dans le camp, tous âgés et usés par la vie. Ceux qui sont restés étaient les plus fragiles, les plus démunis. Les mamies n’ont jamais rien demandé. Sans doute étaient-elles trop fières pour se plaindre. Placées sous la tutelle de huit ministères successifs, on les a tout simplement ignorées. Comme les petites poussières d’un empire colonial disparu…

« L’Etat ne gère que l’urgence, ne réagit que lorsqu’il y a le feu », avoue un haut fonctionnaire qui a essayé de s’occuper du dossier il y a quelques années. « Si les Harkis ont obtenu quelques compensations, même si elles sont bien maigres, c’est parce que la deuxième génération s’est révoltée. Les Vietnamiens n’ont jamais élevé la voix, ils n’ont rien eu. »

A nous, filles, petites-filles, fils et petits-fils de ces mamies, de méditer sur cette dernière phrase. Pour que l’Etat français réhabilite un jour la mémoire de ces femmes oubliées et trahies. Pour qu’une place importante leur soit réservée dans le futur lieu de mémoire. Pour qu’enfin, leurs cris, longtemps contenus, soient enfin entendus…

Rapatriement en France des enfants eurasiens de l’ex-Indochine par la FOEFI

Vouvray
Après la fin de la guerre d’Indochine, la Fédération des Œuvres de l’Enfance Française d’Indochine (FOEFI) envoya en France des centaines d’enfants eurasiens. Des bébés, des enfants, des adolescents sont devenus des objets de politiques voulues par les autorités françaises et mises en œuvre par des organisations diverses. Des mères ont été séparées de leurs enfants ; des pères – qui dans l’immense majorité des cas n’avaient pas reconnu ces enfants – sont restés ignorants de leur sort et de celui de leurs mères. L’article que vous allez lire (fichier PDF de 12 pages) vise à évoquer les pratiques mises en œuvre pour acculturer les enfants, les débats qu’elles ont suscités dans les années 60…

Vouvray classeChronologie en Indochine
Chronologie de la présence française en Indochine (1859 à 1956)
18 février 1859, la France occupe Saigon.
Août 1863, le Cambodge devient un protectorat français.
9 juin 1885, le Viêtnam devient français.
1887, création de l’Union indochinoise qui regroupe la Cochinchine, le Cambodge, l’Annam et le Laos, aux statuts différents.
1914-1918, les troupes coloniales participent à la Première Guerre mondiale (lire l’excellent article d’Antoine Flandrin, journaliste au monde.fr, daté du 1er mars 2014).
1927, fondation du Parti populaire vietnamien.
9 février 1930, insurrection nationaliste de Yen Bay.
30 août 1940, accord entre le gouvernement de Vichy et le gouvernement japonais, auquel sont accordées des « facilités militaires » sur le territoire indochinois.
18 mai 1941, fondation du Viêt-minh.
9 mars 1945, les Japonais prennent le contrôle administratif et militaire du territoire. Ils placent au pouvoir Bao Dai, ex-empereur d’Annam.
25 août 1945, Bao Dai abdique.
2 septembre 1945, capitulation du Japon. Le Viêt-minh d’Hô Chi Minh proclame l’indépendance de la République démocratique du Vietnam.
23 septembre 1945, prise de Saigon par l’armée française.
6 mars 1946, accord Sainteny-Hô Chi Minh reconnaissant le Vietnam comme un Etat libre au sein de l’Union française.
Juin 1946, l’amiral Thierry d’Argenlieu, gouverneur général d’Indochine, a doublé la conférence de Fontainebleau de mars 1946 par une autre à Dalat et il a, non pas confirmé le protectorat sur la Cochinchine mais créé de toutes pièces un nouvel Etat opposable à la République Démocratique du Vietnam, c’est l’Etat de Cochinchine, transformée en République du Sud-Vietnam plus tard par Diem.
19 novembre 1946, échange de tirs entre une jonque chinoise appartenant à des nationalistes vietnamiens et la douane française dans le port de Haiphong.
23 novembre 1946, l’armée française bombarde Haiphong.
19 décembre 1946, le Viêt-minh passe à l’offensive à Hanoi, début de la guerre d’Indochine.
1949, victoire de Mao en Chine.
Été 1950, guerre de Corée.
7 mai 1954, chute de Diên Biên Phu.


21 juillet 1954, accord de cessez-le-feu et non armistice signé à Genève. C’est une nuance importante pour au moins deux raisons : d’une part, il s’agit de mater une rebellion et non pas de mener une guerre contre un autre Etat, même si la République Démocratique du Vietnam, proclamée par Ho le 2 septembre 1945, a été reconnue par certains Etats, puis de soutenir l’Etat du Sud contre le Vietminh, et, d’autre part, à Genève, les principaux protagonistes étaient l’ancienne puissance tutélaire, le Vietminh et le gouvernement de Bao Dai-Ngo Dinh Diem, c’est pourquoi il n’y a encore aucun texte pour définir l’Indochine comme théâtre de la guerre entre la France et le Vietnam, contrairement à la guerre d’Algérie qui, elle, a été reconnue comme telle en 1999.

Les billets de Banque et les pièces en Indochine
Nous vous présentons les billets de banque et les pièces utilisés pendant la période de l’Indochine française. La monnaie s’appelait « la piastre ».

 

La romanisation de l’écriture : le père Alexandre de Rhodes
En 1310, Odoric de Pordenone débarqua sur la côte d’Annam devant laquelle Marco Polo n’avait fait que passer vers 1285. Mais ce n’est que trois siècles plus tard que les contacts s’intensifièrent à partir du moment où les Portugais eurent le droit de s’implanter à Canton en 1517 et surtout à Macao en 1558. Les Espagnols et les Hollandais suivirent peu après. A cette époque, à côté des marchands et des fondeurs de canon, quelques missionnaires sont recherchés pour leurs connaissances médicales ou scientifiques.
C’est ainsi que, dès 1533, avant l’arrivée du père de Rhodes, on retrouve la trace de missionnaires catholiques en Indochine. Des franciscains, des dominicains, des augustins portugais, italiens ou espagnols se sont succédé, mais leurs prédications se sont heurtées à une ferme opposition des souverains, grands prêtres, mandarins, lettrés, eunuques du palais défenseurs intéressés de la polygamie.

Le père Alexandre de Rhodes

Le père Alexandre de Rhodes

Le père de Rhodes, lui, va rencontrer de grands succès qui peuvent s’expliquer par ses qualités de cœur et d’esprit auxquelles il joint une connaissance approfondie de la psychologie des individus et des foules. C’est un entraîneur d’hommes et un organisateur hors pair, enfin, il est le premier à avoir compris l’intérêt majeur qu’il y a pour un missionnaire à pouvoir s’adresser directement à ses ouailles sans recourir à un interprète. Il reconnaît avoir été effrayé par les difficultés de cette langue mais il se jeta à l’eau et se familiarisa si vite qu’il fût en mesure de confesser (de comprendre) quatre mois après son débarquement et six mois après de prêcher (de parler), s’assurant de ce fait une large audience auprès des divers auditoires en état de réceptivité. La transcription par l’alphabet latin des langues s’écrivant en caractères chinois ou sinoïdes a été probablement tentée pour la première fois en 1548 par Yajiro, Japonais converti et baptisé par saint François-Xavier. Assez vite, les missionnaires européens évangélisèrent les Nippons de Faifo dans leur langue, avec des livres en romanisation sortis des presses jésuites japonaises. De là à tenter la romanisation du vietnamien, il n’y avait qu’un pas. Ainsi, sur le type du rômaji, et après avoir maîtrisé le cochinchinois, de Rhodes contribua à forger une méthode. Avec plusieurs de ses frères, il créa un système d’écriture exprimant, non plus des idées, par le moyen d’une multitude de signes, mais seulement de quelques sons avec lesquels sont formés tous les mots du vocabulaire. De ces efforts conjugués sortit une transcription nouvelle de la langue annamite, purement phonétique, fondée sur les 24 lettres de l’alphabet latin, agrémentés de quelques signes conventionnels particuliers. Le Vietnam se trouva dès lors pourvu d’une écriture bien à lui, d’un langage national, le quốc ngữ.
De Rhodes, personnage hors du commun, rapprocheur d’hommes, a donné au Vietnam un instrument d’affranchissement intellectuel et de diffusion culturelle inégalé en Extrême-Orient. Le pouvoir mandarin fut menacé par cette nouvelle langue se rapprochant des normes européennes tout en se détachant de ces racines chinoises millénaires. Dès le XVIIe siècle, le vietnamien devint lisible par les Occidentaux, l’Eglise et l’administration coloniale s’en servirent. Au XIXe siècle, il fut progressivement adopté par la population qui l’a modifié en le complétant avec des accents adaptés à la prononciation vietnamienne. Mais le prestige séculaire du caractère chinois fut cependant long à disparaître. C’est seulement à partir de 1919 que le quốc ngữ devint l’écriture nationale du Vietnam.

Machine à écrire Olympia Splendid 33, disposition AĐERTY, utilisée au Vietnam dans les années 1960. © Creative Commons

Machine à écrire Olympia Splendid 33, disposition AĐERTY, utilisée au Vietnam dans les années 1960. © Creative Commons

De nos jours, il est usité dans la quasi-totalité du territoire. Bien sûr, ce n’est pas de Rhodes seul qui a inventé cette méthode, c’est une œuvre collective à laquelle participèrent d’autres religieux, mais il a joué un rôle essentiel dans sa création car, grâce à ses publications, et notamment en 1651 son Dictionnaire annamite portugais et latin, il a systématisé, perfectionné, vulgarisé ce nouveau mode d’écriture. Même si, au départ, l’intention était tout autre, à savoir mettre au point un outil au service de la diffusion de la religion, Alexandre de Rhodes a finalement permis a une grande partie de la population d’accéder plus rapidement à la connaissance.

DES TONS, DES ACCENTS
La langue qui est aujourd’hui en usage dans tout le Vietnam se prononce avec des accents qui comprennent six tons, ressemblant à nos six notes de musique, do, ré, mi, fa, sol, la. Ces accents sont comme l’âme, le caractère et l’intelligence des mots. Ils ne sont pas écrits mais seulement exprimés en prononciation, ce qui rend très difficile la compréhension des écrits.

QUELQUES ELEMENTS DU QUOC NGU

L’alphabet du quốc ngữ comprend 29 caractères, pour la plupart des caractères latins : A Ă Â B C D Đ E Ê G H I K L M N O Ô Ơ P Q R S T U Ư V X Y.
Les voyelles A Ă Â E Ê I O Ô U Ư peuvent être surmontées d’un signe diacritique indiquant le ton sur lequel elles doivent être prononcées.
A ces signes pour les tons, il faut ajouter l’accent circonflexe, la barre sur le d ( đ ), la brève et enfin la barbe ou corne, par exemple sur le u de ngữ. Tous ces signes peuvent se combiner à ceux qui notent les tons mais leur fonction propre est seulement de modifier la prononciation de la lettre.
Une des grandes difficultés du vietnamien, c’est que toutes ces différences de tons et d’accents se retrouvent quelquefois en un seul mot avec autant de différences de signification.
En voici deux exemples :
la (sans accent) : la note la, verbe crier ;
(accent grave) : verbe être ou verbe repasser (le linge) en tonkinois
(accent aigu) : feuille ;
lả (crochet) : fatigué ;
(tilde) : eau non bouillie ;
lạ (point) : inconnu, bizarre ;
bao : envelopper ;
bào : raboter ;
báo : journal ;
bạo : osé ;
bão : typhon ;
bảo : conseiller.
À la suite de la colonisation française, le vietnamien a plusieurs mots qui dérivent du français. En voici quelques exemples.

Affiche : áp phích, acide : axit, aiglefin : cá êfin, anis : cây anit, antenne : an-ten,
antenne parabolique : anten parabôn, artichaut : cây atisô, aspirine : atpirin,
autobus : xe buýt, auto : xe ô tô, balcon : ban công, ballet : ba lê, beurre : bơ,
bière : bia, billes (jeu) : bi, biscuit : bánh bich quy, biftek : bít tết, bombe : bom,
bougie (de moteur) : buji, bouillabaisse : món buiabet, boulon : bu lông, café : cà phê, cantine : căng tin, caoutchouc : cao su, chemise : áo sơ mi, carotte : cà rốt,
chocolat : sô cô la, ciment : xi măng, cinéma : xi nê, cognac : rượu cô nhắc,
corset : coocxê, coup : , capote : capốt ou bao cao su, cravate : cái ca vát,
crème glacée : kem, dollar : đồng đô la, divan : ghế đi văng, drap : dạ,
épinard : rau bi na, essence : xăng, fermeture éclair : phéc-mơ-tuya, film : phim, fromage : phó mát, gâteau : bánh ga-tô, gant : găng, gare : nhà ga, gilet : áo gi lê,
gin : rượu gin, gomme à effacer : gôm, guidon : ghi đông, guitare : đàn ghita,
jambon : giam bông, jeans : quần jean, laine : len, manteau : măng tô,
moutarde : mù tạt, œuf au plat : op la, pâté : pa tê, piston : pittông,
pourboire : tiền buột-boa, poupée : búp bê, salade : rau xà lách, sandwich : xăngđuýt, saucisse : xúc xích, savon : xà phòng, sirop : xi rô, soupe : xúp,
soutien-gorge : cái xu chiêng, timbre : tem, veston : áo vét tông, valise : cái va li,
vodka : rượu votca, whisky : rượu uytky, zéro : cê-rô.

Arrivée en 1956 au port de Marseille

Le voyage, tout d’abord, dure 25 jours sur des paquebots de fortune loués aux Italiens, aux Grecs, aux Néo-Zélandais, aux Norvégiens, aux Irlandais…, des tas de ferraille où on pouvait vomir tout son saoul en attendant la terre ferme. Les Rapatriés Français d’Indochine étaient logés dans les cales du bateau, serrés comme des sardines. C’était insupportable, surtout à cause de la chaleur étouffante qui régnait durant tout le mois de juillet 1956.
Présentation des différents bateaux et la liste des familles faisant partie des passagers :
Le Paolo Toscanelli (compagnie Italia Line, Italie)
ToscanelliFamilles Mutos, Gaye, Nguyen VS, Legrand, Luce, Frèche, Fernand, Nguyen Auguste, Lucot Raymond, Lafaurie, Miralabé, Rubillais, Vandjour, Sang, Crasbercu, Prosperi, Sinnouretty.
Ces photos de l’arrivée à Marseille et le transit dans le camp du Luc (Var) ont été fournies par la famille Vandjour. Tous nos remerciements.

Le Cyrenia (Hellenic Mediterranean Line, Grèce)
CyreniaFamilles Hermitte, Charlery, Maniquant Pierre, Kuter, Mangel, Boccheciampe, Gaze, Weiss, Modeste, Lobato de Faria, Isnard, Revue, Machecour, Casabianca, Rubillais, Belmimoun, Luong Nhu Truat, Samel, Coursier, Lecat, Hellmuth, Truong Minh Tao, Nguyen Van Tu, Lapierre.

LArosa Kulm (Compagnie Internacional Transportadora, Suisse)
Arosa KulmFamilles Fanton-Dandon, Evin, Vieira Ribeiro, Cassim, Clive, Gervais, Robert, Parquier, Hannoteaux, Sylvain, Martin, Lecrenn, Gourdon, Hachette, Villaréal, Savage, Alquiet, Taborsky, Fanzy, Deconzanet, Kasparian, Revue.

Le Skaubryn (M. Skaugen, Oslo, Norvège)
SkaubrynFamilles Gontran, Truong, Schaeffer, Martin, Volpi-Mazières.

Le Tasmania (Hellenic Mediterranean Line, Grèce)
bateau-tasmania11
Familles Lamy, Bé, Gillard, Gras, Arpage, Mattéi, Gontran, Vareilles.

Le Captain Cook (Nouvelle-Zélande)
Captain CookFamilles Brette, Dubois, Cazes.

Le Flaminia (Cogedar Line, Italie)
FlaminiaFamilles Sobre, Maurice, Robert, Latargère, Moutouh, Youssouf.

Le Fairsea (SITMAR, Italie)
FairseaFamille Connétable, Coursier.

Le Pasteur-Bremen, paquebot puis transport de troupes (Compagnie Sud-Atlantique, France)
Pasteur BremenFamille Seusse.

Le Laos (Compagnie des Messageries Maritimes, France)
LaosFamille Vapou.

Le Viêt-Nam (Compagnie des Messageries Maritimes, France)

viet7Famille Obenans, arrivée en août 1963 au port de Marseille.

Le Henri Poincaré (France)
Henri PoincaréRapatriement de l’Ecole des Enfants de Troupe de Dalat (promotion 1956).
Lobato de Faria, Luong Nhu Truat, Lamy, Rey, Revue, Cassim, Crouzier, Gervais, Gillard, Rogliano…

L’Ecole des Enfants de Troupe de Dalat
L’École des Enfants de Troupe Eurasiens de Dalat (EETED) fut créée à Dalat (Annam) en 1939, avec pour devise « S’instruire pour servir ». Suite à l’élargissement du recrutement, le mot eurasien fut supprimé, l’acronyme devenant EETD.

Portail de l'Ecole des Enfants de Troupe Eurasiens de Dalat

Portail de l’Ecole des Enfants de Troupe Eurasiens de Dalat

En 1954, l’école fut transférée au Cap Saint-Jacques (Cochinchine), puis rapatriée en France en février 1956. Elle prit ses quartiers d’abord à Fréjus (Var) puis s’installa à Autun (Saône-et-Loire) la même année, à l’annexe Changarnier. Ses élèves furent dispersés les années suivantes dans diverses écoles militaires de la métropole.

Nombre de nos grands frères ont passé leur jeunesse dans cette école. Pour leur rendre hommage, voici un PDF de 14 pages qui raconte leur histoire, comment ils ont vécu leur adolescence dans une école militaire, leur vie en commun.

Aujourd’hui, plus d’un demi-siècle après leur arrivée en France, les Anciens élèves se sont regroupés au sein d’une Amicale qui a pour but de favoriser les retrouvailles (notamment à Vogüé (Ardèche) depuis une vingtaine d’années), et continuer à garder vivante leur histoire.

Les trois vidéos suivantes sont l’œuvre de ces anciens élèves. Elles racontent leur vie au sein de l’Ecole des Enfants de Troupe de Dalat, la fraternité qui les unissait et enfin le triste départ vers la France, certains ayant dû dire adieu à leurs mères et à leurs familles.


Le Cannet-des-Maures, camp de transit

Qui se rappelle de la cascade du Cannet-des-Maures dans le Var, en août 1956 ?
Voici la photo unique de cette magnifique source où l’on trouvait des milliers de tortues.

De gauche à droite : Raphaël Frèche, Viviane Frèche, Alphonse Chapuis, François Chapuis et Roger Chapuis. Debout : Hélène Frèche

De gauche à droite : Raphaël Frèche, Viviane Frèche, Alphonse Chapuis, François Chapuis et Roger Chapuis. Debout : Hélène Frèche

1956, c’est ça ce que la France leur offre?
1 900 Français d’Indochine (1 200 adultes, 700 enfants) arrivent à Sainte-Livrade. Les enfants sont incroyablement métissés (filles et fils de soldats français, tirailleurs marocains, sénégalais, légionnaires roumains, polonais, émigrés russes, allemands…).

La boue dès leur arrivée. Les autocars déversent leur cargaison humaine sans ménagement. Une seule valise autorisée par famille. Le temps gris, la boue entre les baraquements. Les arrivants sont muets de stupeur : c’était ça ce que la France leur offrait. Des baraquements militaires sinistres. Pas de sanitaires dans les bâtiments, des toits en carton, aucune intimité possible. Pour ces « nha-quê », ce sera plus de 50 années de grisailles et d’humiliation.

Première fête du Têt
La communauté indochinoise de Sainte-Livrade-sur-Lot fête son premier Têt dans le Lot-et-Garonne. Premières photos d’un Nouvel An hors du sol d’Indochine.