Docs inédits

 

Pour toute correspondance, tout envoi de documents, vous pouvez nous contacter à l’adresse mail suivante : cafi47110@gmail.com. Merci et à bientôt.

«Retrait des troupes d’Indochine et la question des rapatriés»
Document de 10 pages sur le retrait définitif de la France en Indochine et la question des rapatriés en 1956.

«Les archives du CAFI de Sainte-Livrade-sur-Lot sont classées !»
Archives départementales de Lot-et-Garonne : Archives du Centre d’accueil des Français d’Indochine (CAFI) de Sainte-Livrade-sur- Lot
« Sous la cote 2327 W 1-1072, le chercheur peut consulter les documents publics de ce fonds relatant, pour partie, l’histoire de ce lieu et de cette population arrivée dès 1956.
Ce fonds est constitué de trois grandes parties : la création et le fonctionnement du CARI (devenu plus tard CAFI), l’accueil et la gestion de l’aide aux rapatriés, les structures propres liées au CAFI.
Dans un premier temps, on voit donc comment les infrastructures ont été adaptées à l’accueil d’une population nombreuse et singulière. Cependant, le dossier relatif à la création, ou plus exactement à la vocation, de ce lieu est mince et il faudra chercher des sources plus précises ailleurs. Nous trouvons, dans cette première partie, des éléments conséquents sur la gestion comptable du centre et, en particulier, pour les chapitres d’entretien et travaux. Toutefois ces dossiers sont lacunaires et souvent constitués de doubles ou de photocopies. En effet, les services financiers de la préfecture de Lot-et-Garonne étant ordonnateurs des dépenses du CAFI (on peut donc retrouver dans les fonds de la préfecture les pièces originales), le secrétaire-comptable du centre n’en avait que les doubles. De plus, plusieurs structures intervenaient dans les questions de gestion. Selon ce que recherche le lecteur, les rapports d’activité et autres rapports des directeurs sur le centre pourraient donner une bonne vision à la fois de la population accueillie et de l’état d’esprit avec lequel était pratiqué cet accueil. Nous ne trouvons pas de dossier consacré aux relations avec les autorités de tutelle successives dans la mesure où cela est déjà contenu dans la correspondance active comme passive du directeur.
La deuxième partie comporte bien plus de données humaines puisqu’il y est question de la prise en charge sociale de la population rapatriée. On peut donc suivre l’évolution des effectifs mais aussi les problématiques particulières. Les dossiers de renseignements sur les familles et les personnes ont un contenu inégal mais demeurent sans doute l’une des pièces maîtresses de cette partie. Dans le cadre du suivi des familles et de l’intégration par la scolarisation et le travail, les dossiers produits par monsieur Laurent Iwanesko, chargé de mission auprès des rapatriés pour le reclassement et l’orientation, apportent beaucoup d’éléments sur les moyens mis en œuvre ainsi que sur l’investissement qu’il a apporté, signifiant bien le rôle-clé qu’il détenait. Au-delà de cet aspect, les dossiers d’aides diverses montrent le soutien que pouvait recevoir cette population.
Enfin, les structures propres liées au CAFI, telles l’école et le dispensaire, furent des éléments moteurs et apportent des informations très intéressantes concernant l’éducation de la deuxième génération et la santé des résidents. Il est regrettable de trouver fort peu de documents concernant la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) mais cela semble logique : dès le début, son statut était indépendant du CAFI car, bien que mise en place sur le territoire du CAFI, elle a toujours été la MJC de la commune de Sainte-Livrade-sur-Lot. Cette implantation n’était pas fortuite car il y avait là un gros enjeu d’intégration de la jeunesse du CAFI.
En résumé, bien qu’incomplet, ce fonds est très riche de renseignements sur l’histoire d’une population toujours en train de s’écrire. »
Voici un document de 10 pages sur « Les sources locales relatives au Centre d’accueil des Français d’Indochine (CAFI) à Sainte-Livrade-sur-Lot ».
Archives départementales de Lot-et-Garonne : Archives du Centre d’accueil des Français d’Indochine (CAFI) de Sainte-Livrade-sur-Lot (document de 97 pages).

«Rapport de l’IGAS 1984»
Rapport sur les problèmes posés par la Cité d’Accueil des Français d’Indochine (CAFI) de Sainte-Livrade-sur-Lot (Lot-et-Garonne) présenté par Mme J. Garnier-Dupré et M. R. Clerc, membres de l’Inspection Générale des Affaires Sociales. Cliquez sur le lien ci-dessous pour dérouler le PDF de 63 pages.
https://cafi47.files.wordpress.com/2013/11/rapport-igas-1984.pdf

«Rapport de l’IGAS 2006»
Rapport présenté par Didier Lacaze, membre de l’Inspection Générale des Affaires Sociales : « Mission sur l’extension des mesures de réparation existantes à l’égard des rapatriés du Maghreb à l’ensemble des rapatriés d’Indochine ». Cliquez sur le lien ci-dessous pour dérouler le PDF de 41 pages.
https://cafi47.files.wordpress.com/2013/11/rapport-igas.pdf

«Rapport de mission (1966) sur le CAFI et le culte des Ba Dongs»
Nous vous présentons dans son intégralité le rapport de mission de Pierre J. Simon et Ida Simon-Barouh, chercheurs au CNRS, qui ont séjourné pendant plusieurs mois au CAFI cette année-là, sur « La communauté des rapatriés d’Indochine et le culte des Ba Dongs à Sainte-Livrade-sur-Lot ». Cliquez sur le lien ci-dessous pour dérouler le PDF de 25 pages.
https://cafi47.files.wordpress.com/2013/11/rapport-pierre-et-ida-simon-19661.pdf

«Les rapatriés du camp de Sainte-Livrade»
Un travail de Mme Pôleth M. Wadbled intitulé « Construction mémorielle autour d’une situation migratoire particulière en Aquitaine.Les réfugiés et rapatriés des camps de la poudrerie de Sainte-Livrade-sur-Lot ». Cliquez sur ce lien pour voir le PDF de 80 pages.

«Cité du Moulin du Lot : bail par l’Etat au profit de la commune»
Le 25 mai 1950, le Secrétaire d’Etat aux Forces armées décide de mettre à la disposition de la commune de Sainte-Livrade, par voie de location, les bâtiments du Moulin du Lot destinés à servir de logements (cliquez sur les photos pour les agrandir).
25 mai 1950

Le 25 octobre 1950 a été rédigé le bail de location

«Etat des lieux de la cité du Moulin du Lot le 5 octobre 1951»
En prévision de l’arrivée des Rapatriés d’Indochine à Sainte-Livrade-sur-Lot, l’Etat a mis à la disposition de la commune une partie du camp du Moulin du Lot (4 bâtiments situés sur la partie sud-ouest). Un état des lieux de ces quatre bâtiments a été dressé le 5 octobre 1951. Voici cet état des lieux :


«Indemnité éventuellement accordée aux sinistrés d’Indochine»
Extrait du Journal Officiel du 6 mai 1956 concernant l’indemnité complémentaire accordée éventuellement aux sinistrés d’Indochine (cliquez sur les photos pour les agrandir).

«Arrivée en 1956 : fiche de renseignements et répartition des poêles à charbon»
A leur arrivée, les rapatriés d’Indochine devaient remplir cette fiche de renseignements pour pouvoir habiter dans le centre d’accueil de Sainte-Livrade-sur-Lot.


Liste de répartition des poêles à charbon pour les locataires de logements de quatre pièces. Chaque famille se voit attribuer un logement équipé avec un mobilier sommaire : un poêle, un seau à charbon, des lits en fer de l’armée, quelques meubles, de la vaisselle, des bassines, un balai… à restituer au départ du camp.

«Liste de toutes les personnes ayant séjourné au CAFI depuis 1956»
Voici la liste de toutes les familles de rapatriés d’Indochine qui ont vécu dans le Centre d’Accueil des Français d’Indochine, quelques-unes pendant un ou deux ans, d’autres y vivent encore. Cette liste émane des Archives départementales de Lot-et-Garonne. Cliquer ici pour voir le PDF de la liste complète.

«Recensements de la population du camp»
Le premier recensement date du 6 juin 1958. Il établit trois catégories de résidents :
1) liste des personnes secourues qui émargent à ce titre sur la feuille de chômage (pour voir cette liste, cliquez ici) ;

2) liste des rapatriés non secourus qui émargent les feuilles de chômage pour pouvoir prétendre aux allocations familiales et qui doivent être considérés comme demandeurs d’emplois (pour voir cette liste, cliquez ici) ;

3) liste des employés permanents dont la fiche de présence est signée par l’employeur (pour la liste, cliquez ici).

Le deuxième recensement a été effectué dans les années 70 sur l’état des personnes hébergées au CAFI de Sainte-Livrade.

Les résultats enregistrent un nombre de 585 habitants répartis dans 166 familles (pour voir la liste de tous les habitants et de quoi ils disposent, cliquez ici).

Le troisième et dernier recensement a été diligenté juste avant la municipalisation du CAFI (pour voir les résultats, cliquez ici).

«Rapport d’activités (30/9/1957) du CPA de Bias»
Nous vous proposons de lire le premier rapport d’activités du Centre de Plein Air (CPA) du Centre d’accueil de Bias.
Pour ceux qui ne connaissent que succinctement l’histoire des rapatriés d’Indochine, rappelons quelques faits. En 1956, furent aménagés dans le Lot-et-Garonne deux centres d’accueil pour les rapatriés d’Indochine, Sainte-Livrade et Bias, deux communes distantes d’environ 8 km. En 1962, suite aux expulsions et départs forcés de beaucoup de rapatriés d’Indochine, et pour préparer le camp de Bias à l’accueil des harkis d’Algérie (les premières familles de harkis rejoignaient le 18 janvier 1963 le CARA de Bias), les deux centres ont fusionné et la totalité des rapatriés d’Indochine se retrouva ainsi dans le camp de Sainte-Livrade.
Ce rapport d’activités a été édité après la première année de scolarisation des jeunes du camp. Il est très intéressant car il détaille toutes les difficultés qu’ont rencontrées les enseignants et surtout les élèves (racisme, problèmes de langue, sous-alimentation des enfants…).
Cliquez ici pour lire ce rapport de 19 pages (très très intéressant).

«Hospice de Sainte-Livrade (1975) : extension de 20 lits pour recevoir les personnes âgées du camp»
Hospice de Sainte-Livrade : lors de la séance du 6 mars 1975, le conseil d’administration a décidé le principe de la création de 20 lits supplémentaires destinés à accueillir les personnes âgées, d’origine indochinoise, valides ou invalides.
Voici l’extrait du registre des délibérations du conseil d’administration :

«Acquisition du terrain de la Cité d’accueil par la commune»
Le procès-verbal des délibérations du conseil municipal de Sainte-Livrade  sur l’acquisition du terrain du camp (19 novembre 1981) et l’arrêté (émanant de la sous-préfecture de Villeneuve-sur-Lot) portant déclaration d’utilité publique de l’acquisition de la Cité d’accueil par la commune de Sainte-Livrade.

2 réflexions au sujet de « Docs inédits »

  1. En fouillant accidentellement internet pour des recherches concernant mes activités artistiques, j’ai découvert avec émotion l’existence du Centre d’Accueil de Sainte Livrade sur Lot ! Je suis parmi les premiers résidents de ce lieu avec mes parents en Juillet 1956, venant du centre d’accueil du Cannet-des- Maures dans le Var ! Je suis resté dans ce centre jusqu’à 1959, avant de tenter de façonner mon avenir à PARIS en quittant mes parents en janvier 1959 ! 26 jours à bord du TASMANIA entre le port de SAÏGON et MARSEILLE, furent une immense aventure pour mes 15 ans ! Je découvrais un grand pays que je ne connaissais par les livres d’école et chansons françaises diffusées par la Radio FRANCE-ASIE au VIETNAM ! À 73 ANS, bien malgré moi j’effectue un grand retour sur mon Passé devenu aujourd’hui mon Plus-que-Passé ! J’avais pour ami Pierre LEANDRY – Jean BRETTE – Edouard GAGNERON – Roland et Roger TRUAT etc… ! Vous pouvez me retrouver sur mon compte FACEBOOK et découvrir ce que je suis devenu depuis 1956 : danca.tilou@yahoo.fr sur lequel vous trouverez mes activités et ma condition artistiques !

    J'aime

    • Votre mot m’interpelle car votre mere et votre père que j’ai bien connu au camp étaient très souvent chez ma grand mère madame gras amandine. Tout comme vous nous avions eu le même parcours avant d’arriver dans ce camp où pas fortunes nous nous aimions encore davantage. J’avais aussi beaucoup côtoyé Alphonse et c’était mon grand frère que je n’oublierai jamais. Actuellement au Vietnam pour 6 mois , j’aurais le plaisir de vous conter ces formidables moments que j’avais pu partager avec les vôtres . Paul Gras . Vous pouvez m’écrire sur mon adresse mail : paulgras@noos.fr
      À bientôt j’espère .

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s